Textes de thérorie : Le portrait, définition.

Posté par jsjackphotography le 15 novembre 2013

  • Chaque artiste, ou chaque peintre comprend, et a sa propre définition du portrait. C’est donc que celui-ci n’est pas universel, et ne découle pas d’une science exacte. Ce qui en fera son cachet, ce sera l’inspiration, l’expérience, la technique de l’artiste ou du peindre.
  • Il faudra des années de pratique, de technique, et pourquoi ne pas le dire, d’échecs, ou de ratages, pour acquérir la qualité que l’on a toujours recherchée, et désirée.
  • Ma définition du portrait, est aujourd’hui, basée sur la conviction, que cela ne tient parfois qu’à une alchimie inexplicable  à une complicité, une confiance, et une compréhension, entre le modèle, et le photographe. Il ne peut y avoir de portrait réussi, que si celui-ci est accepté, et partagé, par le modèle. Il n’y a rien de pire qu’un portrait volé.
  • Il est donc nécessaire, et indispensable, que le photographe fasse preuve de diplomatie, de respect, de pudeur. On ne photographie pas le malheur, ou la tristesse, quand cela n’est pas partagé, accepté et compris.
  • Le portrait, c’est aussi, le partage d’un sentiment, d’une sensibilité, d’une vision de l’autre. C’est pourquoi, je crois que chacun doit se trouver sa propre définition du portrait. Que chacun doit sentir ce qu’il ressent, ou veut ressentir à photographier les autres. Et forcément, lors d’un shooting de portrait, le croissement des regards, entre le photographe et son modèle, interviendra de manière inévitable. C’est dans ce regard que se marqera la confiance de l’un vers l’autre, la complicité ressentie, la simplicité, et le respect mutuel. De cela découlera la réussite de ce shooting.
  • Le portrait est, et doit être un moment d’authenticité. Un bref moment de vie, immortalisé dans un regard, une attitude, un sourire, dans la douleur, ou la tristesse. Ce ne sera donc pas toujours, une recherche de la beauté « cosmétique », mais le reflet d’une vie marquée dans les rides, et la chair. Chercher l’authenticité, voilà la quête. Les photographies les plus réussies, viennent souvent d’un instant furtif que l’on a pu saisir et immortaliser.  Bien souvent, cela ne découle d’aucun génie particulier, ni d’aucun talent extraordinaire, mais d’avoir été là, au moment où il le fallait.  Il est vrai que dans certaines circonstances : être là, quand il faut,  peut tenir d’un certain génie…  Mais c’est là, un autre débat.
  • La beauté physique ne dure pas, mais la vérité demeure…

Jack

Publié dans Textes de théorie | Pas de Commentaire »

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus